21 mars 2011

Je règle mon pas sur le pas de mon fils

   "Haut les mains ! Regarde devant toi ! c'est parti ! " Un pied en avant, le second le rejoint, le premier le double, le second le redouble. Dans la marche, c'est le premier pas qui compte, le second se règle sur les pas du premier. Les mains sont au-dessus de la tête, serrées par les miennes. Je pourrais être marionnetiste si mon fils ne tentait pas de diriger les opérations. Des cibles diverses l'aimantent : le cerisier en fleur aux branches si basses, la première petite fille venue, un ballon qu'on peut shooter, un... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 09:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2011

Celle qui varie

Au commencement, une fièvre couverte de paracétamol. Ensuite, des frissons couverts de polaires. Par mesure de précaution car il se pourrait que le patient ait la grippe, la bouche est couverte d'un masque. Puis, apparaissent aux yeux d'un public ébahi un visage et un corps couverts de boutons... Le malade se couvre de honte. Victor aurait-il remis le couvert avec une nouvelle petite maladie dont il a le secret ? Que nenni non point, la maladie qui varie, qui rompt la monotonie par ses changements soudains est tombée sur le... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 09:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2011

Les mamies d'éveil

Ce qui est rudement bien avec une naissance, c'est l'aspect "sport collectif" de l'événement : un seul a marqué, mais l'équipe est derrière en soutien et en embuscade pour jouer à tour de rôle le gardien de but. Ne vous méprenez pas, mon fils n'est pas une cage à garder, il est juste l'objet de délicates attentions quand les gardiens sélectionnés par mère nature vaquent à d'autres occupations : leur "vie d'avant" faite de restos, de films et de verres à pied. Le match peut commencer et c'est un grand pas pour... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 janvier 2011

La gastro de la chambre jaune

A force de passer entre les gouttes fiévreuses et infantiles, il fallait bien un jour tester la résistance de Victor aux microbes en tout genre. La petite force de la nature aux joues rebondies et au dynamisme malheureusement peu communicatif, est tombée récemment sous les balles d'une magnifique gastro doublée d'une angine. Voilà une munition efficace qui a fait fondre comme neige au cagnard les délicats bourrelets du bonhomme et a épuisé des parents qui pensaient se la couler douce dans les derniers jours de 2010. Tout a commencé... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 11:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
12 décembre 2010

I'm a jealous dad !

Tout a commencé par un carton d'invitation. Petit, officiel, légèrement gaufré, me conviant à la fête de Noël de la crèche familiale en présence de Monsieur le Maire et Monsieur le père Noël. En serrant fermement ce précieux et doux billet, mon imagination s'est mise à galoper à dos de rennes : Victor et moi même installés chacun sur un genou du père noël, le sourire aux lèvres, des cadeaux par milliers dans les mains, des photos harcourt avec le vieux barbu et la remise officielle du diplôme de gentil papa par l'édile du... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 12:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2010

Papa aux mains d'argent

Le poil sur le caillou est une affaire sérieuse. Brun, roux, blond, ondulé, raide et rare, le cheveu est scruté et parfois coupé en quatre, et ce, dans le sens de la longueur...Heureux soit le bambin naissant avec des cheveux. Malheureux celui qui se retrouve 10 mois plus tard sous les ciseaux d'un papa aux mains d'argent. La raison de cette coupe prématurée ? La fameuse mèche devant les yeux, charmante selon le papa, aveuglante selon la maman. Sur un canapé, le petit est pris par surprise. La mèche incriminée est pincée ... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 20:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2010

Le complexe de Victor

"Je marche à quatre pattes le matin, deux le midi et trois le soir. Qui suis-je ?" Oedipe se gratta la tête devant le sphinx, pointa son doigt sous sa narine droite (il paraît que ça aide à réfléchir), tapota ce même doigt sur son menton et une ampoule éclairée s'alluma soudainement au dessus de sa tête. Mais bon sang de bonsoir, c'est bien sûr... C'est l'homme... car petit il marche à quatre pattes, grand il se tient sur ses deux jambes et plus vieux, il s'aide d'une canne. Il alla prononcer la réponse quand soudain le... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 septembre 2010

La dis_arition

Georges Perec a encore de beaux jours devant lui. "La disparition", son roman rédigé complètement sans la lettre "e" trouve un écho dans les babillages de Victor. La voyelle "a" prononcée en général deux fois est encerclée de nombreuses consonnes :  "w", "b", "c", "g", "n","m"... Toutes ? Non, car une consonne continue de résister. Victor a décidé, par pure démarche artistique, d'éviter la lettre "p". L'esquive est totale. Pas de... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2010

Une piqûre au galop

A défaut de se perdre dans le triangle des "prunus", il est des chemins qui mènent à la connaissance de soi et de son charmant petit. Cette route conduit une fois par mois devant la porte de Madame la pédiatre; personnage magique et je m'explique. Imitant à la perfection le bruit délicat des sabots chevalins sur une route pavée de bonnes intentions, elle réussit à mettre le petit Victor en sourdine durant quelques instants. Le mettant tout nu et le piquant avec son aiguille, elle réussit à augmenter la puissance de feu... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 17:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
12 avril 2010

Le triangle des prunus

La vie maternelle a besoin de virgules. Et durant ces ponctuations, qui appelle-t-on ? Le papa, bien évidemment. L'accompagnateur traditionnel de la relation mère-enfant qui, le temps d'une après midi, devient l'animateur exclusif pour le très jeune enfant. Et comment mieux animer qu'en faisant le tour de son monde en 80 minutes. Première étape ou la descente infernale : La poussette est garée en double file dans le hall de l'immeuble. L'enfant est au deuxième étage. Il faut que les deux se rejoignent. Voilà l'objectif du papa. En... [Lire la suite]
Posté par arnolog à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :