ws1w7wda

Au commencement, une fièvre couverte de paracétamol. Ensuite, des frissons couverts de polaires. Par mesure de précaution car il se pourrait que le patient ait la grippe, la bouche est couverte d'un masque. Puis, apparaissent aux yeux d'un public ébahi un visage et un corps couverts de boutons... Le malade se couvre de honte. Victor aurait-il remis le couvert avec une nouvelle petite maladie dont il a le secret ?

Que nenni non point, la maladie qui varie, qui rompt la monotonie par ses changements soudains est tombée sur le nez d'un grand garçon qui ne se savait pas si jeune. 34 ans à passer entre les mailles du filet pour arriver à être criblé de points rouges qui grattent, qui démangent et murmurent dans l'oreille du patient : "si tu me grattes, je creuserai dans ta peau et on te traitera de calculatrice casio toute ta vie ".

Première alerte donc, une grippe qui ressemble à une "A". Stupeur ! Port du masque obligatoire pour protéger le petit Victor. Culpabilité aussi de n'être pas passé par la case "vaccination" et reproches formulés par mon médecin et mon big chef. Seconde alerte donc... "dis donc, c'est dingue, j'ai pas mal de boutons". Dans ces cas-là, un appel téléphonique à la maman conjugué à la lecture du carnet de santé s'impose.

Confirmation : "si rien n'est inscrit sur ton carnet, tu n'as eu aucune maladie infantile, mon ange"..

Le médecin confirme : l'enfant que j'étais n'a pas chopé la moindre petite maladie infantile devenue infamante avec le temps. Faites l'expérience : prenez la même maladie, plongez un adulte et un enfant en poussette dans une foule au jardin des plantes en ayant préalablement injecté la maladie aux deux cobayes en amont afin qu'ils aient de magnifiques pustules sur le visage. Regardez maintenant l Le regard est tendre pour l'enfant et stupéfait pour l'adulte... Quand l'enfant n'est pas touché et que le papa l'est, on peut se dire aussi que le papa a bien eu de la chance de trouver une maman pour faire ce si joli bambin...

Au fond, me direz-vous, cet article est vraiment centré sur le papa et peu sur le héros de ces chroniques. Et pourtant... si il faut chercher un responsable, considérant que le temps d'incubation s'élève à 14 jours et que autour de ces jours-là Victor m'a traîné chez le pédiatre plus d'une fois, fort à parier que l'origine du virus est à chercher dans la salle d'attente du docteur Toctoc. Moi, j'ai mon idée. Au lieu d'incriminer Victor, je préfère me focaliser sur cette petite fille acariâtre qui ne voulait pas donner un jouet à mon petit. Je pense que ce ne peut être qu'elle... Ah, si je la tiens, je promets de lui refiler la rougeole !