bouillotte

A force de passer entre les gouttes fiévreuses et infantiles, il fallait bien un jour tester la résistance de Victor aux microbes en tout genre. La petite force de la nature aux joues rebondies et au dynamisme malheureusement peu communicatif, est tombée récemment sous les balles d'une magnifique gastro doublée d'une angine. Voilà une munition efficace qui a fait fondre comme neige au cagnard les délicats bourrelets du bonhomme et a épuisé des parents qui pensaient se la couler douce dans les derniers jours de 2010.

Tout a commencé par des cris plus soutenus que d'habitude et une mine un brin renfrognée. Considérant son âge, on pense instantanément aux dents, à la mauvaise humeur, à une dispute avec son doudou qui aurait fait les yeux doux à un mouton en peluche ... Il n'en est rien.


Comme un barbapapa, Victor s'est ensuite transformé en bouillotte vibrante. Si tout ça est bien utile en cette saison (surtout dans ces appartements froids et parisiens), il reste que la bouillotte a tendance à perdre beaucoup de liquides, et ce, à deux extrémités précises. Pas de rustines pour cette fuite, à part pour l'une d'entre elles. Les rustines taille 4 + et "active fit" avec des dessins dessus s'épuisent vite et demandent à être changés régulièrement. L'horreur peut donc commencer. Il est décidé de se précipiter chez le pédiatre pour un traitement chevalin. Comme de bien entendu, la table du pédiatre a su accueillir les cris de Victor. Comme de bien entendu, le traitement sera efficace au bout de deux jours. Adieux cotillons ! le 31 se jouera à la maison, l'oreille collée contre la porte de la chambre victorienne, dite aussi la chambre jaune.

Le mystère est bien là... Qui a pu refiler cette gastro à mon fiston ? Pourquoi les industries pharmaceutiques créent-elles des médicaments pas bons que les enfants recrachent à la figure de leur papa ? Le doudou de Victor va-t-il vivre son amour avec le mouton en peluche ? Bref, le mystère n'en finit pas d'être mystérieux.