pere_noel_026

Tout a commencé par un carton d'invitation. Petit, officiel, légèrement gaufré, me conviant à la fête de Noël de la crèche familiale en présence de Monsieur le Maire et Monsieur le père Noël. En serrant fermement ce précieux et doux billet, mon imagination s'est mise à galoper à dos de rennes : Victor et moi même installés chacun sur un genou du père noël, le sourire aux lèvres, des cadeaux par milliers dans les mains, des photos harcourt avec le vieux barbu et la remise officielle du diplôme de gentil papa par l'édile du coin. Un moment privilégié liant père, fils, nounou, rêve, politique, décoration, sapin et fausse barbe blanche. La magie de Noël en somme.

C'était aussi  une magnifique occasion de débuter une longue série de rencontres « père-fils » avec ou sans camescope : spectacles de fin d'année, soirée parents-prof...

Bien. Tout songe est mensonge et tant va la guirlande au sapin qu'à la fin elle l'étrangle. Ce qui devait se passer car écrit dans ma tête s'est en fait déroulé ainsi. Sortez les mouchoirs et les violons. Action !

pere_noel_071

Le jour J, après avoir rejoint la crèche en quelques glissades, je vois arriver le petit Victor un peu en retard. Premier regard surpris du bonhomme accompagné d'un grognement : « que fait monsieur mon père dans mon antre, ma seconde vie, mon deuxième foyer ? ». Comble de la honte, papa ose le retirer des bras de sa nounou adorée et adorable. Pleurs, esquives et retour à la case départ. Nouvelle tentative quelques instants plus tard. Pleurs, esquives et retour à la case départ. Et, est-ce à préciser, aucun billet Monopoly à la clef...

Regards compatissants du personnel de la crèche et commentaires qui suivent :

- « Monsieur, votre assistante maternelle ne pourra pas garder votre fils durant toute la fête »,
- « et bien, il est pas bien dans les bras de son papa ? »
- « allez, viens Victor ! »...

Oui, en guise d'expériences scientifiques, chaque assistante maternelle souhaite relever le défi, « sauver le soldat Victor ». Réussite pour la plupart, faut-il le souligner. Les pleurs me sont définitivement réservés.

Mes chaussures se mettent à rétrécir, le rouge au front s'étend au reste du visage, mon pull me semble trop court, le sapin trop petit pour cacher un papa devenu trop gros. Bref, pourquoi suis-je soudainement si grand dans un monde si petit ? Un souvenir de première boum m'est revenu... Grands dieux, personne ne voudra danser avec moi !!!!

No_l_1984_3

C'est à ce moment et pas à un autre que le père Noël arrive et fait une bien heureuse diversion en faisant pleurer la majorité des enfants. Monsieur papa Noël, je vous remercie, c'est un beau cadeau. Les plus courageux posent avec lui. Qu'ils en soient félicités !

pere_noel_036

Papa Noël sans distinction de courage remet à chaque enfant un petit cadeau. Un livre que Victor s'empresse de marquer de ses incisives. Rappelons que je suis bibliothécaire et que je veille de par mes missions à la préservation des livres pour la jeunesse … Passons.

Une fois les cadeaux reçus, nous sommes invités à rejoindre un petit salon improvisé rempli de parents hyper décontractés grignotant des petits fours. C'est à ce moment et pas à un autre qu'intervient le deuxième héros de l'après midi, le Maire.

« Bonjour à tous, je ne salue pas tout le monde, vous êtes trop nombreux !!! ». Traduction pour les latinistes : « Noli me tangere ». Autre image en tête : "Ne laissez pas les enfants venir à moi"... La magie de Noël, vous dis-je.

noli_me

Après quelques photos prises avec des assistantes maternelles, le maire Noël s'esquive, me laissant seul avec Victor tendant ses petit bras volontaires vers sa nounou...

Je confirme : personne ne m' invite à danser. Le temps me semble venu de quitter cette boum de Noël. Avant de partir, la nounou de Victor se montre rassurante et je lui confirme qu'évidemment je ne suis pas du tout contrarié... voyons !

Une fois de retour à la maison et après un léger moment de froid entre nous deux, je découvre et trouve une raison valable à cette malheureuse histoire : il a de la fièvre !!!!!

Youpi !

Rassurez-vous, depuis tout va pour le mieux. Nous toussons ensemble et partageons les mêmes médicaments.

Happy Xmas Victor (the war is over)