peigne_ciseaux

Le poil sur le caillou est une affaire sérieuse. Brun, roux, blond, ondulé, raide et rare, le cheveu est scruté et parfois coupé en quatre, et ce, dans le sens de la longueur...
Heureux soit le bambin naissant avec des cheveux. Malheureux celui qui se retrouve 10 mois plus tard sous les ciseaux d'un papa aux mains d'argent. La raison de cette coupe prématurée ? La fameuse mèche devant les yeux, charmante selon le papa, aveuglante selon la maman.
Sur un canapé, le petit est pris par surprise. La mèche incriminée est pincée entre deux doigts, étirée vers le plafond et rapidement sectionnée d'un coup précis et incisif. Le petit n'en croit pas ses yeux. Le coup est fourbe. Les mèches s'envolent, se désolidarisent du dit caillou. Un dégagement au dessus des oreilles est plus minutieux. Ne surtout pas lui faire des oreilles de Peter Pan (ou alors, il sera gentil de me présenter la fée clochette...).

Le résultat est saisissant. Victor a tout l'air d'un moine en pénitence. Tournant sa tête, le choc est terrible. Sa nuque est longue. Il ressemble à Jean Marais dans ses films de cape et d'épée ou à un footballeur des années 80, 90 et 2000.

Jean_Marais_Le_Bossu


La séance s'éternise. Le petit s'impatiente. Les dégradés sont involontaires. La maman s'effraye du résultat, remarque que son fils a perdu le charme certain de Paul McCartney. La coupe au bol n'est plus. Le petit peut faire ses classes. Les parents attendront la repousse. La paire de ciseaux est remisée... Les grands parents trouvent que Victor ressemble vraiment à un petit garçon ! Et Victor, le petit tondu que rien ne défrise, rêve peut-être d'une coupe à la Riquet à la houppe, si assortie à son milou pelucheux.

58454_1568520223831_1560212537_1423471_4239217_n